Comment survivre au confinement en tant que photographe ? đŸ“žđŸ˜·

 

Photographier depuis chez soi c’est possible ?

 

Comme vous le savez, depuis le 17 mars 2020, le pays entier est confiné.

Cette situation est sans prĂ©cĂ©dent, et chacun essaye de s’adapter, de trouver sa propre technique pour continuer Ă  vivre, et Ă  travailler tout en restant motivĂ©.

Pour les photographes, c’est une premiĂšre. Nous qui avons l’habitude d’errer Ă  l’extĂ©rieur Ă  la moindre occasion avec un appareil autour du cou, rester coincĂ© Ă  l’intĂ©rieur peut vite se rĂ©vĂ©ler ĂȘtre un supplice.

C’est pourquoi j’ai dĂ©cidĂ© de vous donner quelques pistes sur les actions et les projets que vous pouvez rĂ©aliser en cette pĂ©riode de confinement !

 

Trouver des sujets Ă  photographier

 

La premiĂšre chose Ă  laquelle nous pensons c’est Ă©videmment de documenter cette pĂ©riode de confinement et de crise sanitaire historique.

Ça me paraĂźt tout Ă  fait normal et logique d’avoir en tĂȘte une approche documentaire. Les rues sont vides, la population s’agglutine aux fenĂȘtres, les passants se font rares, tout le monde ou presque porte un masque
 Cette situation semble ĂȘtre une aubaine pour photographier le contraste impressionnant entre les lieux toujours bruyants, plein Ă  craquer et le calme plat de la ville dĂ©sertĂ©e pour cause de pandĂ©mie.

Mais il ne faut pas se laisser emporter par cette vision des choses. C’est tentant en effet, je ne vous dirais pas le contraire mais ça ne vaut pas le coup de mettre en danger ses proches, et la population par pur Ă©goĂŻsme photographique !

Il y a plein d’alternatives qui ne nĂ©cessitent pas de bouger de chez soi, c’est pour vous donner des pistes que j’écris justement cet article.

 

La difficultĂ© de reprĂ©senter l’invisible

 

Le coronavirus dicte nos comportements depuis plusieurs semaines , nos mouvements, nos pensĂ©es, notre mode de vie et pourtant, c’est une menace invisible qui plane au dessus de nos tĂȘte.

C’est lĂ  toute la difficultĂ© d’un tel sujet, il nous file entre les doigts, on ne le perçoit pas directement mais par le biais des discussions, de l’inquiĂ©tude qui pĂšse sur chacun d’entre nous.

« Nous sommes en guerre. Â» Ce sont les mots prononcĂ©s par le prĂ©sident de la rĂ©publique Ă  plusieurs reprises. Si la situation que nous traversons s’apparente Ă  une guerre, cela signifie qu’il y a et qu’il y aura forcĂ©ment des photographes en premiĂšre ligne.
Le front a changĂ© mais l’objectif reste le mĂȘme : documenter l’histoire.

En tant que photographe ta mission c’est de mettre en image cette situation, mais comment ? Comment photographier ce que l’on ne voit pas ?

C’est Ă  toi de trouver ta propre rĂ©ponse Ă  cette question !

 

Gardez un angle d’approche personnel

 

-Se tourner vers l’intĂ©rieur

 

Avant d’exposer des alternatives à la photographie documentaire, je voulais insister sur un point qui me paraüt essentiel.

Nous vivons tous le confinement d’une maniĂšre diffĂ©rente. Certains d’entre nous sont seuls, d’autres en famille, en maison ou en appartement, en couple ou cĂ©libataire. Nous avons tous une vue diffĂ©rente depuis nos fenĂȘtres, balcons, ou mĂȘme jardins.

Si tu comptes photographier ce confinement, je te conseille d’utiliser ta propre situation et ses particularitĂ©s comme sujet principal de ton projet photo. Nous ne traversons pas la situation de la mĂȘme maniĂšre, des milliers de photographes vont certainement avoir la mĂȘme idĂ©e que toi, Qu’est ce qui te diffĂ©rencie ? Comment peux-tu apporter ta propre expĂ©rience dans ce projet ?

Je t’invite à te poser ces questions.

Quel angle d’approche vas tu choisir ?

Historique ? Scientifique ? Politique ? Documentaire ? Personnel ?

 

Photographiez vos proches

 

C’est parti voici les diffĂ©rentes choses que vous pouvez mettre en place pour transformer la situation actuelle en projet photo ! Et on commence tout de suite par l’idĂ©e la plus Ă©vidente, photographiez vos proches !

Ce confinement est parfois compliquĂ© Ă  supporter mais n’oublions pas que certains ont la chance passer plus de temps avec leur famille. Si vous pouvez traverser cette Ă©trange pĂ©riode et partager ces instants avec des personnes que vous aimez, c’est peut ĂȘtre le moment de les photographier dans leur quotidien.

Trouvez la splendeur dans l’ordinaire

Photographiez vos enfants, la relation que vous avez avec eux, vos parents ou l’évolution de votre couple pendant le confinement.

 

Mettez à profit le peu d’espace à votre disposition

 

Tout dĂ©pend de chacun mais que ce soit un appartement ou une maison, tous les photographes subissent aujourd’hui une contrainte d’espace dans la rĂ©alisation de leur projet.

En temps normal, pour un photographe il peut ĂȘtre bĂ©nĂ©fique de s’imposer une contrainte, de temps, de matĂ©riel
 Mais aujourd’hui, c’est un Ă©vĂšnement extĂ©rieur qui vous impose cette contrainte.

Acceptez cette contrainte, utilisez la pour nourrir votre créativité.

Évoluer et photographier dans un espace rĂ©duit va vous permettre de faire travailler vos neurones et puiser au plus profond de vous mĂȘme, qui sait le rĂ©sultat dĂ©passera peut ĂȘtre vos attentes. 😉

Adapter sa photographie à son environnement, c’est ce que vous devez faire aujourd’hui !

Vous l’aurez peut ĂȘtre dĂ©jĂ  remarquĂ© mais c’est de la contrainte que naĂźt l’innovation. Ne sous estimez pas la puissance de rĂ©aliser les choses sans moyens.

La créativité fonctionne au mieux quand on a des contraintes.

Quand est ce que vous avez changé la décoration pour la derniÚre fois, la disposition de vos meubles ?

DĂ©placez vos meubles, considĂ©rez votre habitation comme un studio, apprenez Ă  gĂ©rer l’éclairage artificiel.

 

S’utiliser soi mĂȘme comme sujet principal : L’Art de l’autoportrait

 

L’idĂ©e la plus populaire aprĂšs celle de documenter les rues est sĂ»rement celle de l’autoportrait. Ces derniĂšres semaines, je vois fleurir des milliers d’autoportraits sur les rĂ©seaux sociaux, allez jeter un coup d’oeil pour vous inspirer !

L’avantage de l’autoportrait c’est d’ĂȘtre son propre sujet. Vous n’avez besoin de rien d’autres qu’un brin d’imagination, d’un appareil et de vous mĂȘme.

Point matĂ©riel đŸ“· : C’est mieux d’avoir un trĂ©pied et de quoi dĂ©clencher son appareil Ă  distance, que ce soit une tĂ©lĂ©commande, un retardateur ou une fonction wifi intĂ©grĂ©e.

Voici un exemple de projet crĂ©Ă© autour de l’autoportrait et de la question de l’identitĂ©.

La photo ci dessous s’intitule « Selfportrait at 17 years old Â», Gillian Wearing s’est photographiĂ©e en reconstituant son apparence et ses vĂȘtements Ă  17 ans alors qu’elle en avait en rĂ©alitĂ© 40 lors de la prise de vue.

 

Utiliser un vidéo projecteur

 

De son cĂŽtĂ© Richie Lem, s’amuse Ă  projeter des images sur son mur grĂące Ă  un vidĂ©o projecteur et Ă  s’intĂ©grer dans des scĂšnes de film ou des photographies qu’il affectionne.

C’est original et dĂ©calĂ© mais rĂ©ussi !

Richie Lem, Autoportrait Ă  la Top Gun

https://www.instagram.com/richielema/?hl=fr

 

Transformer sa fenĂȘtre en observatoire

 

La premiĂšre chose que l’on peut remarquer lorsque l’on se dĂ©place Ă  l’extĂ©rieur pour aller faire ses courses c’est le nombre inquiĂ©tant de personnes nous dĂ©visageant derriĂšre chaque fenĂȘtre. La fenĂȘtre est devenue un Ă©lĂ©ment central de cette pĂ©riode de confinement. C’est elle qui nous relie au monde extĂ©rieur, c’est elle qui nous apporte un brin de fraĂźcheur. À l’heure ou toutes les portes d’entrĂ©es sont fermĂ©es Ă  clĂ©, la fenĂȘtre elle laisse passer l’air frais du monde que nous rĂȘvons de rejoindre. Le moindre individu Ă  l’extĂ©rieur devient alors un sujet d’observation et d’intrigue. Que fait-il ? A-t-il une attestation sur lui ?

Chaque balcon se transforme en poste d’observation. Le travail habituel du photographe est de sĂ©lectionner un cadre dans le monde rĂ©el. Aujourd’hui le cadre, c’est celui de vos fenĂȘtres. C’est Ă  ce moment que tous ceux qui ont une vue inintĂ©ressante s’en mordent les doigts.

Je vous propose un petit défi photographique :

Photographiez toujours du mĂȘme point de vue. Celui de vos fenĂȘtres

Je sais que ce n’est pas le sujet le plus original et que certains photographes se sont dĂ©jĂ  attelĂ©s Ă  la tĂąche mais attendez. Il y a une raison Ă  cela !

Je vous propose de combiner toutes ces images, partir du mĂȘme dĂ©cor celui que vous voyez depuis votre fenĂȘtre puis photographier tous les sujets qui semblent intĂ©ressants et les regrouper dans une seule et mĂȘme image.

De ce fait vous vous retrouverez avec une image chaotique pleine de sujets qui ne se seront en rĂ©alitĂ© jamais croisĂ©s. À l’heure ou les rues sont vides et les passants se font rares vous pourrez tous les regrouper dans une image, tous ceux qui sont passĂ©s devant chez vous ! Ça vaut le coup d’essayer n’est ce pas ?

 

Prolongez vos images par des réflexions écrites

 

Dans certains cas, la photographie Ă  elle seule ne suffit pas Ă  exprimer l’intĂ©gralitĂ© du propos de l’artiste.

MĂ©langer l’écriture et la photographie est un moyen Ă  utiliser pour reflĂ©ter les pensĂ©es et les rĂ©actions que nous avons tous pendant cette pĂ©riode de confinement.

N’hĂ©sitez pas Ă  complĂ©ter votre sĂ©rie par du texte si vous en trouvez la nĂ©cessitĂ©.

Écrivez ce que vous ressentez, ce qui a changĂ© depuis le premier jour, comment la situation Ă©volue pour vous.

 

Plongez dans vos archives Ă  la recherche de la matiĂšre d’un futur projet đŸŠâ€â™‚ïž

 

Parfois, ce qu’on recherche se trouve juste sous notre nez. Je suis sĂ»r que c’est dĂ©jĂ  arrivĂ© Ă  tout le monde de chercher son portable pendant des heures pour le retrouver dans le creux de sa main, de passer un temps fou Ă  chercher une paire de lunettes qui se trouvait juste sur votre front.

Dites vous que pour tirer le maximum de bĂ©nĂ©fices de cette situation de confinement, il ne faut pas aller chercher trop loin, peut ĂȘtre que les rĂ©ponses que vous attendez se trouvent juste ici, dans vos archives.

L’édition est l’une des parties les plus importantes du travail du photographe si ce n’est la plus importante. Nous avons tous tendance Ă  accumuler de la matiĂšre photographique. Sortie aprĂšs sortie, mois aprĂšs mois, les pellicules s’empilent, les disques dur se remplissent et s’entassent


Voyez l’édition comme un filtre, c’est vous qui mettez Ă  jour les conditions de son fonctionnement grĂące Ă  votre taux d’exigence envers votre travail. C’est le devoir du photographe de ne garder uniquement que la minoritĂ© d’images qui valent la peine d’ĂȘtre montrĂ©es, imprimĂ©es et pourquoi pas exposĂ©es.

Un photographe est aussi bon que sa photographie la plus faible.

Il ne tient qu’à vous de ne laisser passer que des photos fortes qui s’intùgrent parfaitement à vos projets et transmettent avec justesse votre propos.

Parmi toutes les photos que vous avez prises, il y a forcĂ©ment une perle Ă  cĂŽtĂ© de laquelle vous ĂȘtes passĂ©s. Cette perle n’attend que vous la retrouviez et que vous l’imprimiez. Il y a forcĂ©ment une piste qui vous mĂšnera Ă  la rĂ©alisation de votre projet.

Fouillez, creusez, imprimez, Ă©ditez, recadrez.

 

Faites le mĂ©nage et Ă©liminez le superflu 🗑

 

Sur le terrain je vous interdit de supprimer les photos que vous venez de prendre, vous pourriez effacer par erreur la photo que vous attendiez depuis longtemps, mais une fois face Ă  votre disque dur c’est diffĂ©rent.

En gĂ©nĂ©ral, quand on photographie, Ă  la prise de vue, on laisse passer beaucoup de « dĂ©chets Â». Des images complĂštements ratĂ©es, des moments d’inattention ou nous avons appuyĂ© par erreur sur le dĂ©clencheur.

Cette période de confinement nous laisse le temps de les éliminer pour laisser un peu de places aux autres.

Il est temps de développer et trouver votre propre systÚme de classement, pour vous y retrouver le mieux possible. Personnellement, je classe toujours mes photos par ordre chronologique. ( année -> mois -> jour )

Chaque mois il ne me reste plus qu’à dĂ©terminer quelles sont les photos que je garde, je rĂ©alise alors une premiĂšre prĂ©sĂ©lection mensuelle. Une fois que j’ai isolĂ© les photos les plus prometteuses, je les rĂ©partie dans les diffĂ©rents projets en cours de rĂ©alisation qui pourraient les accueillir.

 

Photographier la rue en restant au chaud Ă  la maison ☕

 

Vous ĂȘtes entrain de vous dire que c’est impossible, comment photographier Ă  l’extĂ©rieur en Ă©tant confortablement installĂ© sur son canapĂ© ?

Et bien je vous assure que c’est faisable !

Doug Rickard est un photographe qui construit ses sĂ©ries Ă  partir de photographies de Google Street View et Youtube. Et il a commencĂ© bien avant le confinement. Il passe la majoritĂ© de son temps Ă  naviguer virtuellement dans le but d’accĂ©der Ă  des scĂšnes oubliĂ©es, ensuite il photographie sur son Ă©cran d’ordinateur.

Google Street View permet de visualiser un panorama Ă  360° d’un lieu situĂ© sur une voie urbaine ou rurale, sur laquelle aura prĂ©alablement circulĂ© un vĂ©hicule chargĂ© d’enregistrer les prises de vues.

Ce vĂ©hicule ressemble Ă  ça, si vous l’avez dĂ©jĂ  croisĂ© il vous a sĂ»rement photographiĂ©. Mais ne vous inquiĂ©tez pas les visages sont floutĂ©s.

Rickard analyse des dizaines et des dizaines d’images de villes pour composer ses sĂ©ries. C’est une maniĂšre intelligente et crĂ©ative d’utiliser les technologies Ă  notre disposition pour crĂ©er une panoplie d’images.

Il rĂ©alise donc le mĂȘme travail qu’un photographe classique, il se promĂšne dans un univers figĂ© Ă  360° et sĂ©lectionne des instants qu’il considĂšre comme intĂ©ressants.

Si vous parlez anglais et que cette maniÚre de photographier vous intéresse, ce photographe à réalisé une vidéo sur le sujet. Bonne balade virtuelle !

 

 

J’ai moi aussi tentĂ© l’expĂ©rience de la street photo virtuelle et voici ce que ça donne :

C’est un bon moyen de faire le tour du monde sans dĂ©penser un centime ! Par contre ne restez pas trop longtemps derriĂšre l’Ă©cran, mes yeux en ont souffert !

 

Utiliser l’univers des jeux vidĂ©o comme terrain d’expression artistique 🎼

 

L’accĂšs au monde rĂ©el nous est interdit alors que diriez vous d’explorer celui de quelqu’un d’autre ?

Si l’on rĂ©duit l’acte du photographe au strict minimum, on se retrouve avec seulement deux actions, celle de sĂ©lectionner et celle de capturer.

Que ce soit dans un jeu ou dans la rĂ©alitĂ© le processus est le mĂȘme, alors en temps de confinement pourquoi ne pas explorer les vastes possibilitĂ©s que peuvent offrir l’ « In-game photography Â»?

En quoi cela consiste ? extraire d’un monde virtuel, une perspective, un angle, un sujet et se l’approprier pour en crĂ©er une oeuvre Ă  part entiĂšre

Je ne vais pas m’étaler sur ce sujet car je pense qu’il mĂ©rite plus ample rĂ©flexion ainsi qu’un article complet !

Robert Overweg a dĂ©cidĂ© d’investir ce nouveau courant (nĂ©o-picturialisme virtuel) pour exprimer son propos artistique.

La photographie ci dessous provient de sa sĂ©rie ou il met en avant les bugs que l’on peut trouver dans certains jeux vidĂ©os.

Robert Overweg

 

ConfinĂ©s mais cultivĂ©s 📚

 

Quelle meilleure période pour se plonger ou se replonger dans les livres photo, et les monographies de vos photographes préférés.

En temps normal, nous n’avons pas autant de temps pour regarder et Ă©tudier attentivement les livres que nous possĂ©dons dĂ©jĂ .

Il n’y a pas meilleur endroit pour apprendre la photographie que dans les livres photo ! Se plonger dans la culture photographique va vous permettre de dĂ©couvrir ce qui a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©, la pluralitĂ© des approches, des sujets et vous faire rĂ©flĂ©chir sur votre approche de la photographie.

En rĂ©sumĂ© c’est tout bĂ©nĂ©fice pour vous, vous allez dĂ©couvrir ce qui vous plaĂźt et ce qui ne vous plaĂźt pas, peut ĂȘtre trouver des similitudes avec certains artistes. ImprĂ©gnez vous de cet univers prenez des notes et servez vous de vos observations pour dĂ©velopper vos projets !

 

Je sais que ce n’est pas le moment idĂ©al pour se procurer un livre alors Ă  la place, je vous conseille de vous rendre sur le blog de Thomas Hammoudi qui rĂ©dige des articles trĂšs complets sur la photographie.

https://thomashammoudi.com/blog/

 

Photographier l’aprùs coronavirus

 

Nous sommes aujourd’hui dans l’oeil du cyclone, les chaĂźnes rĂ©pĂštent les mĂȘmes informations en boucle, le coronavirus est partout, nous mangeons coronavirus, nous dormons coronavirus, nous vivons sous l’emprise du coronavirus.

C’est un sujet brĂ»lant aujourd’hui mais qui espĂ©rons le se refroidira.

Pourquoi pas rĂ©aliser un projet sur l’aprĂšs coronavirus ?

Une fois que les tensions seront retombĂ©es, nous pourrons y voir plus clair et photographier les consĂ©quences de cette pandĂ©mie sur la population. Nous subissons aujourd’hui des restrictions de sortie, une obligation de nous tenir Ă  distance les uns des autres mais qu’en sera-t-il lorsque tout ceci sera derriĂšre nous ?

Tous les photographes se mettent Ă  rĂ©aliser des projets au beau milieu de la tempĂȘte mais pourquoi ne pas attendre le calme plat et la prise de recul sur les Ă©vĂšnements pour photographier ?

Par exemple recueillir des témoignages ou encore aller à contre courant en représentant les conséquences positives de cet évÚnement tragique.

L’adversitĂ© rapproche. Elle rĂ©vĂšle des solutions Ă  des problĂšmes que nous n’arrivions pas Ă  rĂ©soudre.

 

Comment le coronavirus va-t-il impacter la photographie ?

 

Il est encore Ă©videmment trop tĂŽt pour tirer des conclusions en ce qui concerne l’impact et l’influence de cette pĂ©riode de confinement sur l’histoire de la photographie ! NĂ©anmoins je suis certain que nos rapports aux autres et Ă  l’environnement vont s’en retrouver bouleverser pendant un moment. Nous qui devons aujourd’hui Ă©viter tout contact avec autrui et maintenir une certaine distance de « sĂ©curitĂ© Â».

Cette peur de la contamination affectera-t-elle nos rapports sociaux ? Notre façon de photographier ?

L’avenir nous le dira.

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout ! J’espĂšre vous avoir donnĂ© quelques idĂ©es pour animer votre quotidien de photographe.

Si vous voulez recevoir plus de conseils sur la crĂ©ation d’un projet photo personnel n’hĂ©sitez pas Ă  rejoindre le groupe privĂ© qui reçoit mes emails :

https://youtube.us19.list-manage.com/subscribe?u=7e023c8034ea198b8972516a3&id=f93d95acdb

2 thoughts on “Comment survivre au confinement en tant que photographe ? đŸ“žđŸ˜·”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.